N O T E S   D E   V O Y A G E S

Tilbury-Anvers-Cotonou, septembre 2013

... par
Gilbert Cujean

( )

Première note

Note précédente

Index

Note suivante

Texte écrit le jour-même ou les suivants, photos du jour, page publiée de Cotonou, le 3 octobre 2013

Dimanche 22 septembre 2013 (Exercice de sauvetage!)

On se réveille vers 7h30, avec des bruits sur nos têtes. On verra un peu plus tard que c'est une équipe qui nettoie le pont supérieur à grand coup de jets, de balais et de racloir.

22 septembre 2013 22 septembre 2013 22 septembre 2013

On est dans La Manche. La mer est très calme, un peu comme le Léman par petite brise. Le temps est couvert, un peu brumeux, pas très engageant.

22 septembre 2013
22 septembre 2013

Françoise affiche au mur de la cabine la carte de l'Europe. À 9h, on fait le point: avec un GPS c'est plus facile qu'au sextant (surtout quand il n'y a pas de soleil!). On est par 50.1° Nord et 2° Ouest, à peu près en face de Cherbourg, à une quarantaine de km au large, mais on ne voit pas la côte.

Le capitaine nous a annoncé un exercice de sauvetage «[...] sans mise à l'eau des canots!». À 15h20 il y aura une alarme: tout le monde sur le pont! [J'ai écrit cette dernière phrase à 14h55.]

Et voilà! L'exercice a commencé pour l'équipage: mettre en action 2 lances contre un incendie supposé dans le bateau. En fait, cela ferait sourire n'importe quel pompier amateur suisse! Et puis on est passé aux choses plus sérieuses, à savoir le sauvetage proprement dit, en cas d'abandon du navire, qui doit être ordonné verbalement par le Commandant et personne d'autre (selon les directives qu'on nous a transmises). Remarque: Le cas du Commandant incapable de donner cet ordre n'est pas expressément traité.
Là nous étions aussi concernés. Gilets de sauvetage enfilés, nous avons été invités à monter dans un des deux engins de secours. On n'était qu'une douzaine pour un bateau qui peut contenir en théorie jusqu'à 42 personnes, et s'était déjà pas mal serré. Le préposé a même mis le moteur en marche, mais, comme l'avait dit le capitaine, cette espèce de suppositoire orange n'a pas été mis à l'eau car le Grande Atlantico file toujours à 30 km/h et ne semble pas près de couler: ce n'est heureusement qu'un exercice!

Après un jeu de cache-cache persistant avec la brume, il fait enfin beau et ensoleillé, et relativement chaud. On supporte la veste imperméable, mais grande ouverte. Le spectacle de la mer —en fait on entre dans l'Atlantique— est étonnamment varié, même s'il ne s'y passe presque rien. On croise quelques cargos. On en dépasse aussi plus d'un...

22 septembre 2013 22 septembre 2013 22 septembre 2013
22 septembre 2013 22 septembre 2013 22 septembre 2013

J'ai réussi à capter France Inter grâce à mon ancien téléphone portable Nokia que reçoit la FM. On apprend la prise d'otages au Kenya, ainsi que le résultat de la votation suisse sur l'obligation de servir et celle tessinoise sur le port de la burka. C'est en fait les premières informations qu'on a depuis une semaine. Étrange, mais on s'en passait assez bien...

Ce soir, au souper, c'est une bouteille de Rioja 2010 qu'on nous apporte au lieu de Mouton Cadet. Et comme elle arrive ouverte, on décide de la garder. Bon point tout de même pour le «messman»: elle n'était pas au frigo! Et d'ailleurs le vin est excellent.

22 septembre 2013 22 septembre 2013

Le bateau tangue un peu. La houle de l'Atlantique arrive presque de face. Par contre, il n'y a quasi pas de roulis. Pour le moment rien de très impressionnant pour nos estomacs de terriens d'entre Alpes et Jura.

 

À suivre...
(Rappel: les images sont «cliquables»)

Votre commentaire:

N'hésitez pas à me donner votre avis, il ne sera adressé qu'à moi et je ne le publierai pas. Je me réjouis de vous lire!    gc
P.S.- Signez votre message, svp.

Votre adresse de courriel:
(facultative, pour une réponse éventuelle...)

    

© 2008-2015 by Gilbert Cujean — www.venoge.ch

Haut de page