N O T E S   D E   V O Y A G E S

Tilbury-Anvers-Cotonou, septembre 2013

... par
Gilbert Cujean

( )

Première note

Note précédente

Index

Note suivante

Texte écrit le jour-même ou les suivants, photos du jour, page publiée de Cotonou, le 3 octobre 2013

Jeudi 19 septembre 2013 (La Manche / Tilbury-Anvers)

19 septembre 2013 19 septembre 2013

Je me réveille à 6h... et il est déjà 7h! On est de nouveau en Europe continentale, bien qu'encore sur la Manche. Le temps est couvert et l'air vif. On marche à 15 noeuds (28 km/h) et il y a du vent. Le «bol d'air» est vite pris!

D'après mon iPhone-GPS, on est presque au large d'Ostende. On voit un peu la côte belge depuis nos fenêtres à tribord. Quelques heures plus tard, je n'y comprends plus rien, mais la côte est à babord (je la vois depuis le pont supérieur) et mon iPhone indique à peu près la même position qu'avant. Il doit y avoir un problème d'ondes, alors je range mon téléphone et je reste avec mes interrogations...

19 septembre 2013

19 septembre 2013

On a beau faire une trace bien droite, le parcours peut être très différent en réalité.

Et sans nos repères habituels (montagnes, pentes, clochers, soleil,...), on est vite perdu!

J'apprendrai plus tard sur le site Internet de MarineTraffic.com, grâce à une connexion à travers l'iPhone (tout de même utile!), que je n'avais pas eu la berlue et que mon GPS fonctionnait parfaitement! Nous avons simplement tourné en boucle et fait deux fois et demi le même trajet d'une trentaine de kilomètres (avec les virages et les retours, ça doit faire plus de 150 km!), et ceci à vitesse un peu réduite et durant plus de 6 heures! Pourquoi? Le commandant m'a expliqué que c'est un problème des autorités de surveillance du trafic maritime: le pilote —le premier des trois ou quatre qui se succèdent à bord depuis la mer jusqu'à l'abordage— était initialement annoncé pour 9h, puis pour 10h30, puis pour 12h30, puis finalement pour 14h. Je ne vous explique pas comment le capitaine a apprécié tout ça! Toujours est-il que si j'ai bien compris ses explications, un tel bateau est difficilement manoeuvrable voire dangereux, dans un endroit aussi fréquenté que la Manche, en dessous de 12 noeuds (un peu plus de 20 km/h): il n'est donc pas question de simplement s'arrêter en attendant le pilote!

19 septembre 2013 19 septembre 2013 19 septembre 2013
On se demande si certains bateaux sont bien faits pour naviguer!
On peut espérer que ceux-ci, rencontrés sur l'Escaut, ne vont pas en pleine mer...

Il ne fait pas très beau. J'en profite pour travailler un peu (!): je viens de suivre un cours sur l'établissement des décomptes de chauffage des locataires et j'ai des feuilles de tableur à créer. Rien de tel pour ça que le calme de la mer... et la remontée de l'Escaut. C'est aussi une manière douce d'entrer dans les vacances.

Nouvelle panne de WC. Le 3e officier, assez bavard, nous explique que normalement ça n'arrive jamais, mais que «les ingénieurs» ont trafiqué dans les tuyaux et que... voilà!

19 septembre 2013 19 septembre 2013 19 septembre 2013

Vers 20h15 (toujours heure européenne) on est dans le port d'Anvers, on entre dans l'écluse qui nous sépare de notre quai. Elle est plus large qu'à Tilbury et 3 barges peuvent se faufiler à notre côté. Une fois l'opération écluse terminée, il nous reste 5 km et c'est évidemment au ralenti avec une précision incroyable qu'on accoste finalement à 21h45.

19 septembre 2013 19 septembre 2013
On accoste un immense parc à voitures, luisant sous la pluie.   

Le capitaine nous a invités à assister à la manoeuvre depuis le poste de pilotage. C'était mieux que sous la petite pluie fine et le vent du pont, et nos oreilles résonnent encore des «Port ten!» (10° babord), des «Starboard twenty!» (20° tribord) ou des «Mid ship!» (tout droit), ordonnés par le pilote et répétés d'une voix de stentor par l'homme de barre, une fois à la compréhension et une seconde fois à l'exécution de la consigne.

On est «garé» juste derrière le Grande Francia qui nous avait précédé à Tilbury. C'est un bateau du même type. D'après un marin, il est même un peu plus gros, mais c'est certainement une légende «marine»... Le quai, lui, est un territoire exclusif de Grimaldi, m'a-t-on aussi dit, et là, je pense que c'est vrai.

 

À suivre...
(Rappel: les images sont «cliquables»)

Votre commentaire:

N'hésitez pas à me donner votre avis, il ne sera adressé qu'à moi et je ne le publierai pas. Je me réjouis de vous lire!    gc
P.S.- Signez votre message, svp.

Votre adresse de courriel:
(facultative, pour une réponse éventuelle...)

    

© 2008-2015 by Gilbert Cujean — www.venoge.ch

Haut de page