N O T E S   D E   V O Y A G E S

Burkina Faso, avril 2012— 6

... par
Gilbert Cujean

( )

Première note

Note précédente

Index

Note suivante

Écrit à Bobo Dioulasso, jeudi 19 et vendredi 20 avril 2012 — Publié depuis Bobo Dioulasso, le 20 avril 2012

Interlude

En vrac et juste pour passer le temps, quelques images et commentaires:

Le Golgotha - Lucie

Le Golgotha
de
«Soeur Lucie»

 

Le Golgotha - Menu

Samedi 7 avril, après avoir acheté un billet pour notre déplacement du lundi à Ouahigouya, j'ai cherché un maquis (chez nous on dirait «buvette» ou «bistrot») pour boire une bière tranquille. J'en avise un, à 50 m de la grande voie à 4 pistes qui part en direction de Bobo: La Colline. Un type seul est attablé devant sa bière, et comme, à mon arrivée, la serveuse nettoie en premier lieu une chaise à sa table, je lui demande si je peux m'y installer, ce qu'il approuve gentiment.

Ce que je ne savais pas, c'est qu'à partir de 5 minutes plus tard, arriverait une véritable cohorte de ses amis. Un à un ou par petits groupes, c'est finalement une bonne vingtaine de joyeux copains qui se retrouvaient pour la bière du samedi... et qui pensaient naturellement que j'étais un ami de leur ami! Eux, ce sont des Dagara, une ethnie de la région de Gaoua, au sud-ouest du Burkina et, pour la plupart, issus de familles chrétiennes.

Un cahier circulait où des noms se notaient et de l'argent passait de mains en mains. À ma demande, on m'explique qu'il s'agit de collectes pour un cadeau aux épouses de deux membres de leur communauté, car elles se feront baptiser le lendemain, jour de Pâques. Du coup, je participe à la quête et, dès cet instant, j'ai été comme «gobé» par ce groupe d'habitués de «La Colline»...

... ou plutôt du «Golgotha», car c'est ainsi qu'est surnommé le maquis, sa tenancière ayant été déclarée «Soeur», je suppose en référence à son dévouement pour la cause des habitués! Le Menu vaut d'ailleurs bien une lecture attentive (cliquer sur l'image pour l'agrandir).

Dans l'assistance, il y avait des gens intéressants: fonctionnaire à responsabilité dans un ministère, commerçant, ecclésiastique (!), etc. Bref, me croirez-vous si je vous dis que, près de 5 heures et n bières après mon arrivée, c'est un colonel de gendarmerie qui m'a ramené à mon hôtel de l'autre côté de Ouagadougou? C'est pourtant la vérité et ce n'est pas parce que je ne pouvais plus marcher, mais juste pour me remercier d'avoir été là... À noter que mon chauffeur, en congé (et en civil) est responsable de la Sécurité routière au Burkina Faso, ça ne s'invente pas!

Donc le samedi suivant, à mon retour de Ouahigouya et comme c'est proche de la gare de la compagnie de car, j'ai retrouvé mes amis Dagara au Golgotha... mais pour moins longtemps cette fois!

 


Taper le bazin

Taper le bazin

Le bazin est un tissu de coton super fin et cher. Il a des reflets brillants qui le font comparer à la soie, mais à porter sans la sensation de chaleur de cette dernière (ce n'est pas nécessaire ici!).

On tape le bazin pour lui (re)donner du brillant, comme ici à Ouahigouya, dans un petit abri au bord d'une rue. Le bruit se reconnait de loin et on plaint les voisins... car il y en a pour des heures! [Voir la vidéo (sur YouTube)]


Manger la viande

En général c'est du mouton. Braisés sur un gril, les morceaux (gigots, etc.) sont découpés à la machette et désossés, puis emballés avec un peu d'oignon dans un papier provenant souvent d'un sac de ciment (pas nécessairement le pli qui a touché le ciment!).

On pique ces amuses-gueules avec des cure-dents et on recrache à terre les fragments d'os qui s'y trouvent encore.

Manger la viande

Défense du français

Le français est la langue officielle du Burkina Faso, mais c'est la langue maternelle de personne. Le français s'apprend à l'école... pour autant qu'on y soit allé et qu'on ait travaillé! Mais c'est dur et plein de pièges et l'important n'est-il finalement pas d'être compris?

Défense du français Défense du français

 

À suivre...

Votre commentaire:

N'hésitez pas à me donner votre avis, il ne sera adressé qu'à moi et je ne le publierai pas. Je me réjouis de vous lire!    gc
P.S.- Signez votre message, svp.

Votre adresse de courriel:
(facultative, pour une réponse éventuelle...)

    

© 2008-2015 by Gilbert Cujean — www.venoge.ch

Haut de page