N O T E S   D E   V O Y A G E S

Tilbury-Anvers-Cotonou, septembre 2013

... par
Gilbert Cujean

( )

Première note

Note précédente

Index

Note suivante

Texte écrit le jour-même ou les suivants, photos du jour, page publiée de Cotonou, le 9 octobre 2013

Vendredi 4 octobre 2013 (Réception de l'ambassadeur!)

4 octobre 2013
La terrasse du «Gästehaus»...
4 octobre 2013
... avec un détail très européen!
4 octobre 2013
L'unique colonne de la «Sté Mondiale des Pétroles SA»?
4 octobre 2013
Un petit «Skype» avec la famille.

Dans quelque temps, je pourrai dire: «Rappelle-toi [Françoise] Il pleuvait sans cesse sur [Cotonou] ce jour-là...» Il a effectivement plu toute la matinée. L'averse s'est transformée en petite bruine vers midi et ça continue maintenant où il est près de 14h.

La visite touristique d'un «village lacustre» (!), suggérée par notre hôte et prévue pour cet après-midi, est renvoyée. Il y avait une heure de bateau pour y aller, et ce n'est pas sûr que ce dernier soit couvert. Donc on oublie, on se repose, et je réponds à quelques uns des 64 e-mails de ces 15 derniers jours qui me sont tombés dessus à ma première re-connexion, et de la vingtaine d'autres qui ont suivi la publication des premières pages de ce journal... et ça continue! Je suis vraiment heureux d'être autant lu.

Une chose intéressante pour ceux qui ont une adresse à «@gmail.com» (eh! oui, j'en ai aussi une): arrivé à Cotonou, je n'ai pas pu lire les messages de ce compte et j'ai reçu —par une adresse de secours hors «gmail»— un avertissement comme quoi on avait essayé d'accéder à mon compte, précisément depuis Cotonou! Pourtant le mot de passe était le bon, c'est donc la provenance géographique qui a déclenché le blocage. J'ai dû accéder à mon compte et valider l'accès au courrier.

Il a plu finalement toute la journée. Pas de ces grosses averses de moussons africaines brutales mais souvent assez brèves, c'était une petite pluie persistante, «à l'européenne», juste énervante, surtout ici où les rues sont rapidement bordées de flaques gênant le trafic... et la promenade. Le côté positif c'est qu'on est resté presque toute la journée bien à l'abri dans notre Gästehaus. Juste une sortie pour manger une pizza au resto d'en face et faire quelques courses au super-marché à 100 m. Par contre, la publication de mes Notes de voyage a bien avancé.

 

Ce soir: événement «Suisse» à Cotonou. L'ambassadeur Andréa Semadeni, résident à Accra mais représentant la Suisse non seulement au Ghana, mais aussi au Togo et au Bénin, est en partance pour son nouveau poste à Addis Abeba (Éthiopie). Il y a donc une fête en son honneur chez le représentant suisse au Bénin, à savoir le responsable de la DDC Jean-Luc Virchaux [N.B.-Je donne les noms complets, s'agissant de personnages «officiels».]

4 octobre 2013
4 octobre 2013
4 octobre 2013
4 octobre 2013
M. Andrea Semadeni, ambassadeur de Suisse...
4 octobre 2013
... simple et sympa.
4 octobre 2013
M. Jean-Luc Virchaux.

Notre hôte du «Gästehaus», Suisse résident à Cotonou, est convié à la fête et nous y entraîne. Vu la pluie d'aujourd'hui, impossible de se tenir sur la terrasse de la somptueuse villa des Virchaux. Tout se passera dedans, mais il y a assez de place pour presque une centaine de personnes et un orchestre. À notre arrivée, nous sommes accueillis par les propriétaires des lieux. Étrange, mais la tête de M. Virchaux ne m'est pas inconnue: on a dû se croiser à la DDC de Ouagadougou il y a quelques années, car il y était en poste.

Nous nous retrouvons donc mêlés à une foule très diversifiée, mais vraisemblablement habituée à ce genre de cocktail: officiels gouvernementaux béninois, représentants des autres organismes de coopération (et ils sont nombreux), ONG partenaires, journalistes, sans exclure peut-être un certain nombre de pique-assiettes... comme nous!

On discute avec plusieurs personnes, un membre de la coopération allemande et son épouse, un attaché «politique» à l'ambassade de Suisse, une collaboratrice culturelle à je ne sais plus quelle organisation, etc. À tous les coups on apparait un peu comme des extra-terrestres, avec des échanges et des dialogues touchant au surréalisme... et j'adore ça:

— Et vous, qui êtes-vous?
— Des touristes suisses... nous sommes arrivés hier...
— Et vous êtes là pour longtemps?
— Non, nous repartons demain pour Lomé!
— [?!?] Ah, et vous voyagez comment?
— Nous sommes arrivés en bateau...
— [?!?]... Et il est où votre bateau?
— Certainement à Lagos, maintenant!
— [?!?]...
— C'est un cargo, il a continué sa route.
— Un cargo, mais comment est-ce possible?

4 octobre 2013
4 octobre 2013
4 octobre 2013
4 octobre 2013
  4 octobre 2013

Ou alors, garanti authentique:

— Des touristes retraités? Je pense que vous avez un camper?
— Non, si nous en avions un, nous n'aurions pas été obligés de louer un bateau! ;-))
— [?!?] Louer un bateau?
— Oui, nous sommes arrivés en cargo!
— [?!?]...

À part ça, l'apéro était généreux, le buffet extraordinaire, et l'orchestre de première classe. Un quartet de base (guitare, basse, claviers, batterie) avec un chanteur blanc excellent. Jazz divers, rythmes afro-cubains ou béguines béninoises, tout leur allait. Il y a aussi eu l'intervention de deux chanteuses «invitées» dont la seconde pourrait certainement tenir la scène d'un festival. Et l'ambiance était chaude quand presque tous les Africains et quelques Européens se sont mis à danser! Bref, une magnifique soirée.

 

Au retour, notre hôte et son épouse nous arrêtent dans un bar à karaoké. Malheureusement la musique ne supportait pas la comparaison avec ce que nous venions d'entendre et la technique du karaoké fait encore ressortir le côté affligent et pathétique des paroles de certaines chansons actuelles...

4 octobre 2013
 

 

À suivre...
(Rappel: les images sont «cliquables»)

Votre commentaire:

N'hésitez pas à me donner votre avis, il ne sera adressé qu'à moi et je ne le publierai pas. Je me réjouis de vous lire!    gc
P.S.- Signez votre message, svp.

Votre adresse de courriel:
(facultative, pour une réponse éventuelle...)

    

© 2008-2015 by Gilbert Cujean — www.venoge.ch

Haut de page