N O T E S   D E   V O Y A G E S

Tilbury-Anvers-Cotonou, septembre 2013

... par
Gilbert Cujean

( )

Première note

Note précédente

Index

Note suivante

Texte écrit le jour-même ou les suivants, photos du jour, page publiée de Cotonou, le 8 octobre 2013

Mardi 1er octobre 2013 (Dauphins et fausse alarme)

Cette fois, on «marche» plein Est dans le Golfe de Guinée. Ce matin encore, on passera Abidjan (Côte d'Ivoire). Alors que la nuit était étoilée, le ciel est couvert de nuages assez bas, mais il se dégage petit à petit.

1er octobre 2013
1er octobre 2013
1er octobre 2013
1er octobre 2013
1er octobre 2013
1er octobre 2013

Nous montons sur le pont le plus élevé, c'est-à-dire le toit du poste de pilotage. Françoise peint les nuages et l'océan. J'observe un moment aux jumelles un petit cargo qui va dans le même sens que nous et qu'on dépasse tranquillement. Il est marqué UAL en très grosses lettres sur sa coque. On file maintenant à 18.3 noeuds (34 km/h), certainement aidés par le courant que nous avait prédit le 3e officier.

J'admire, pensif, les reflets du soleil sur l'eau devant le bateau,... quand tout à coup, 50 m sur tribord, un groupe de 5 ou 6 dauphins sautent brièvement hors de l'eau! C'est comme «déjà vu à la télé», sauf que c'est vrai, là devant mes yeux. Ils nagent dans le sens contraire du bateau et leur vitesse plus la nôtre font qu'ils disparaissent assez rapidement. J'ai juste le temps d'appeler Françoise qui était occupée par son aquarelle de l'autre côté de la passerelle. Malheureusement (pour vous lecteurs, car pour nous le souvenir va rester longtemps), c'est trop tard pour une photo!

Autre événement inattendu, celui engendré par la bavure d'un gag de l'ingénieur en second: par plaisanterie, il a semble-t-il fait mine d'appuyer sur un bouton d'alarme incendie... et l'alarme est partie! Assez rapidement annoncée comme fausse par haut-parleur, elle est repartie à plusieurs reprises, jusqu'à ce qu'un électricien vienne réparer ledit bouton. Remarque: l'événement total n'a duré que quelques minutes. Bravo l'efficacité!

En fin de journée, le capitaine nous a apporté la note pour le vin et le whisky. En tout 113.- dollars US. Il nous confirme que la première bouteille, celle de l'anniversaire de Françoise, était offerte. Je vais le payer et il me fait entrer dans sa cabine-bureau et me propose une bière. On discute d'un tas de choses concernant notre voyage, l'arrivée prochaine à Cotonou, le bateau, la compagnie Grimaldi (le groupe et ses filiales ACL, V-ship, etc.)... J'ai posé des tas de questions, bref un entretien intéressant, cordial et instructif.

En ce qui concerne notre arrivée à Cotonou, vu que nous sommes en retard d'un jour et demi sur les prévisions initiales et que le port ne peut recevoir simultanément que deux bateaux de cette taille, ce sera de deux choses l'une, soit il y a une place pour aborder demain soir, soit nous devons attendre après-demain et dans ce cas, pas question de rester au mouillage devant le port! La compagnie propriétaire du bateau veut minimiser le risque d'attaque de pirates et nous irons nous balader à une centaine de km au large, pour ne revenir que quand la place sera libre. Maintenant il semble que ce soit un bâtiment de la même compagnie qui convoite notre place, ce sera donc à elle de décider qui passera le premier. On en saura plus demain vers midi...

J'ai transmis cette information par e-mail à notre hôtelier de Cotonou, avec des copies à la famille et à Jean-Jacques.

1er octobre 2013
 

 

À suivre...
(Rappel: les images sont «cliquables»)

Votre commentaire:

N'hésitez pas à me donner votre avis, il ne sera adressé qu'à moi et je ne le publierai pas. Je me réjouis de vous lire!    gc
P.S.- Signez votre message, svp.

Votre adresse de courriel:
(facultative, pour une réponse éventuelle...)

    

© 2008-2015 by Gilbert Cujean — www.venoge.ch

Haut de page