N O T E S   D E   V O Y A G E S

Taiwan, octobre 2007 — 2

... par
Gilbert Cujean

( )

Première note

Note précédente

Index

Note suivante

Un métro est l’image de sa ville...

Taipei, lundi 15 octobre 2007

Une ville de 3 millions d’habitants (dans une région de 6 millions) a forcément des problèmes de transports publics. Taipei les a partiellement résolus grâce à un réseau d’autoroutes urbaines, souvent en viaduc par-dessus des rues «normales», et surtout grâce à un métro qui fonctionne particulièrement bien: le MRT (Metropolitan Rapid Transit ou Mass Rapid Transport, les deux versions existent).

C’est 3 lignes principales avec quelques embranchements et croisements. Les 2 plus longues font une vingtaine de km chacune, la 3e une douzaine. Mais ce qui est remarquable, c’est le fonctionnement: la discipline des usagers est simplement sidérante si on la compare par exemple à ceux du métro parisien et, même aux heures de pointe, le flux reste rapide. On sait qu’une foule se comporte globalement comme un fluide et toute turbulence perturbe et ralentit l’écoulement. On a ici une illustration parfaite de la théorie.

Dans les escaliers roulants, d’abord, ceux qui se laissent déplacer sans effort sont alignés serrés à droite, laissant la file de gauche libre pour ceux qui seraient plus pressés ou sportifs. Ce qui est particulièrement efficace, car cet alignement se dessine loin avant l’escalator s’il y a foule; on ne s’agglutine pas au bas de la rampe dans l’espoir de gagner une ou deux places!

Dans nombre de stations à grand trafic, la partie centrale des quais est marquée de panneaux et d’indications au sol: «Voie de circulation. Ne flânez pas!» [Do Not Loiter]. Mais ce qui est le plus impressionnant est l’accès aux trains. Les passagers se mettent sagement en files indiennes, exactement de part et d’autre des endroits où s’arrêteront les portes des wagons. Ces points sont signalés par des segments blancs au bord des quais [Waiting Line] et la plupart du temps, des bandes blanches au sol délimitent la forme de la queue sur quelques mètres (en général en V par rapport à l’accès, quelquefois même, les branches sont coudées si la file est gênée par un mur ou un pilier!). Lorsque le train s’arrête, les passagers débarquent par le centre, sans obstacles, puis les files d’attente se vident dans les wagons en bon ordre et dans le calme. Pas de bousculade, pas de collision. Au signal sonore indiquant le prochain départ, les gens s’arrêtent, personne ne tente de forcer le passage ou de bloquer la porte: on attend la rame suivante dans quelques minutes. En plus, aux heures de pointes dans les grandes stations, des agents dissuadent les éventuels indisciplinés à grands coups de sifflets et de moulinets de bâtons lumineux (c’est peut-être plus pour les étrangers que pour les locaux!).

Cette discipline de la population est encouragée par une signalétique omniprésente: les panneaux d’interdictions, les affiches lumineuses et les marquages au sol sont renforcés par des écrans vidéo alternant informations sur le trafic et consignes de sécurité. Dans le métro de Taipei, on ne fume pas, on ne mange pas, on ne boit pas, on ne court pas, on ne s’appuie pas sur les parois des escalators et on tient la rampe, on ne grimpe pas sur les barrières, les enfants de moins de 115 cm passent les portillons devant les adultes, on tient sa droite, on attend derrière la ligne blanche, on ne franchit pas la ligne jaune, on ne laisse pas courir les enfants,... et pour le reste on fait confiance à l’autodiscipline! :-))

L’accès au MRT est bon marché. Les courses s’achètent à la pièce par des jetons (récupérés au portillon de sortie et réutilisés!), ou par cartes prépayées, rechargeables et consignées! Il suffit de placer la carte sur l’image d’une carte sur le portillon pour que ce dernier s’ouvre. Même chose à la sortie où la course est débitée de la carte en fonction du trajet. Ce qui est génial, c’est que l’action n’est pas mécanique ni magnétique et que cela fonctionne même à une certaine distance, si la carte est dans un porte-monnaie ou un sac, poser l’objet sur le portillon fait très bien l’affaire. Pratique et rapide!

Les rames sont ouvertes et on peut passer de wagon en wagon, comme à Lausanne (mais contrairement à Paris, par exemple). Dans chaque wagon il y a quelques places réservées aux personnes âgées, femmes enceintes ou handicapés. Ma mère a ainsi toujours trouvé une place assise. Ce qui frappe aussi, c’est que la petite taille moyenne des taïwanais fait que je passe juste sous les barres de sécurité sans me baisser et que les poignées sont à la hauteur de mes épaules!

Du fait que les voyageurs ne fument pas et ne consomment pas de nourriture dans toute la zone du métro, aucun déchet ne traîne, ni sur les quais, ni dans les trains. Tout est propre et en bon état... et les résultats sont là: Le métro de Taipei est un des plus fiable au Monde, avec, ces 3 dernières années, seulement une trentaine d’incidents par année qui causent un retard de plus de 5 minutes! La distance parcourue entre chaque incident causant un retard de plus de 5 minutes est de plus de 1’700’000 km, ce qui place le MRT en tête pour la fiabilité des 25 membres de l’association Nova/CoMet, dont notamment les 12 métros les plus grands du Monde avec chacun plus d’un demi milliard de passagers par année.

Le calme et la propreté sont générateurs d’un grand sentiment de sécurité, mais les psychoses existent partout et même si les agressions contre les femmes seules sont semble-t-il quasi inexistantes, la peur de certaines a trouvé une réponse dans les «Zones d’attentes nocturnes pour femmes»: sur chaque quai, une surface délimitée au sol par une ligne bleue est sous surveillance vidéo la nuit. Ça rassure...

À l’extérieur, un détail qui peut avoir son importance: chaque entrée de souterrain est protégée des inondations par quelques marches montantes avant les escaliers descendants. Il ne faut pas oublier qu’on est dans une zone tropicale avec pluies et typhons!

Voilà. En écrivant cet article, je pense aussi —en me réjouissant— au futur métro M2 lausannois. Toute proportion gardée, sera-t-il aussi performant?

[Prochain article: peut-être sur les temples bouddhistes.]

Votre commentaire:

N'hésitez pas à me donner votre avis, il ne sera adressé qu'à moi et je ne le publierai pas. Je me réjouis de vous lire!    gc
P.S.- Signez votre message, svp.

Votre adresse de courriel:
(facultative, pour une réponse éventuelle...)

    

© 2008-2015 by Gilbert Cujean — www.venoge.ch

Haut de page