N O T E S   D E   V O Y A G E S

Togo, avril et octobre 2004 — 16

... par
Gilbert Cujean

( )

Première note

Note précédente

Index

Note suivante

Retour, bilan, espoir et famine... (envoyé comme e-mail)

Éclépens et La Sarraz, le 11 décembre 2004

Bien chers correspondants,

Voilà déjà près d'un mois que je suis rentré... et que je n'ai pas encore refermé mon carnet de Notes!
Alors voici une forme de conclusion à ce séjour togolais et à ce projet de "comptoir" (ou point de vente au détail expatrié):

Phase du projet, préparation en Suisse

Il y a eu du retard, en grande partie dû au remplacement du container prévu initialement par un camion.
Mais la solution du camion a permis un chargement "sur mesure", sans perte de place, et je suis tout-à-fait convaincu de la méthode. Pour une prochaine fois, il faut imaginer un nouveau système de fermeture plus sûr et éventuellement de dissuasion de vol.
Le choix du matériel, avec bon nombre de machines performantes, est valable. De même, les pièces détachées et les accessoires (par exemple les haut-parleurs) ont un attrait certain.
Les imprimantes à jet d'encre bon marché n'étaient pas assez nombreuses, surtout les HP, très populaires et dont les cartouches sèchent moins facilement que les Epson.

Transport, dédouanement, etc.

Le propriétaire du camion s'est chargé de l'export. À ma connaissance, il n'y a pas eu de problème et nous avons reçu les documents nous déchargeant de la TVA.
Le transport maritime a été relativement vite (12 ou 13 jours de Sète à Lomé), mais il s'averre que les camions ne sont pas toujours chargés sur les bateaux prévus et annoncés. C'est un peu dû au hasard, un peu à la bonne volonté des compagnies maritimes ou aux conflit sociaux éventuels (grèves, etc.). Cette fois, nous avons eu de la chance, selon les habitués!
À l'arrivée, le transitaire de Graphic Import, Monsieur Robert, a magnifiquement joué et s'est débrouillé pour sortir notre camion du bourbier, tant administratif que réel (à cause de la pluie). L'opération a duré à peine plus d'une semaine, ce qui est une performance!
Finalement, le pillage aura été réduit au minimum, avec quelques pneus volés au propriétaire du camion et une imprimante laser et quelques broutilles manquantes à notre inventaire.

Aménagement du local de vente

Les étagères d'exposition sont à 1 m de haut, ce qui force le visiteur à rester debout pour essayer une machine. Le local d'exposition est agréable dans ses dimensions, mais manque quelque peu de ventilation (surtout pour les blancs!).
D'une manière générale, je trouve qu'il y a trop peu de matériel exposé (10 à 12 machines). Mon réflexe d'Européen me dit que plus on voit de matériel, plus le choix et la tentation d'acheter augmentent. Jean-Jacques A[...] pense qu'exposer trop de matériel va exciter la convoitise et encourager des cambriolages. Que faire?

Publicité

Un enchaînement de circonstances a fait que nous n'avons quasi pas maîtrisé la publicité dans la presse (3 annonces), et pas du tout celle des radios (communiqués sur 2 ou 3 chaînes locales?). Il est donc très difficile de mesurer l'impact de cette communication.
Par ailleurs, j'ai réalisé un tract qui a été distribué par mes soins dans certains cybercafés et sur quelques points intéressants (École française, campus de l'Université, Centre Culturel Français, etc.).
L'idée de lier un cours d' "Initiation à la maintenance" au lancement de notre point de vente était bonne. Une dizaine de participants ont fréquenté les 8 soirs de formation, mais jusqu'à maintenant aucun d'eux n'a profité de la réduction de prix sur un PC complet (cette réduction représentait pourtant le remboursement du prix du cours!).

Positionnement des prix

Nos prix sont compétitifs, surtout dans le "haut de gamme".
Le matériel fonctionne et peut être essayé avant l'achat. La qualité est bonne et les machines plutôt généreusement équipées en mémoire. Nous pouvons donc être ferme sur les prix et refuser le marchandage (sauf en cas d'achat de quantité).

Ventes

Le résultat est totalement déconcertant: alors que les ventes avaient bien démarré et que nous avions vendu près de 20 machines les 2 premières semaines, la fréquentation-même du lieu d'exposition a chuté dramatiquement du jour au lendemain. Pour ainsi dire aucune vente les 2 semaines suivantes!
Un effort de publicité doit absolument être fait de manière continue, mais est-ce l'explication?
De toute manière, il semble raisonnable d'attendre jusqu'à la fin de l'année pour faire un bilan de l'opération. Le Togo est un pays relativement pauvre et une dure crise économique frappe les entreprises (embargo de la CE, corruption, etc.). Mais en plus de ça les Togolais sont des gens mous et aux décisions longues et difficiles à prendre. Par comparaison, les Suisses passeraient presque pour des excités, c'est tout dire! ;-)

Collaborations

L'entente avec Jean-Jacques a été parfaite, malgré quelques divergences sur des détails.
Plus difficiles sont les possibilités de compter sur d'autres personnes: que ce soit le personnel de Graphic Import, le patron d'un petit cybercafé ou quelques "informaticiens" avec qui nous avons discutés, il est impossible de trouver le moindre enthousiasme. Il semble même que montrer de l'intérêt ou de la curiosité pour une activité soit très rare dans ce pays... serait-ce même suspect? Les gens font là où on leur dit de faire, en principe ce qu'on leur dit de faire, mais sans s'impliquer, sans vraiment entrer dans le jeu.
Cette constatation est générale, elle ne concerne pas que notre activité.

Avenir de DeltaLink

Après plus de 4 ans à la tête de DeltaLink, je n'ai pas pu amener notre association à l'autonomie financière qui était l'un de mes buts. Une certaine fatigue intellectuelle mêlée de déprime et la nécessité matérielle de penser à mon avenir font que je vais passer le témoin.
Mon collègue Pierre-Yves Rochat [* voir ci-dessous], membre du Comité, va reprendre la tâche sous une forme un peu différente, mais dans le même esprit fondamental. L'activité se poursuivra donc, c'est la chose primordiale.
Dès le 1er janvier 2005, mon rôle à DeltaLink sera "réduit" à la présidence du Comité et à quelques actions bénévoles ponctuelles.

* Note ajoutée lors de la transcription sur le site (mars 2009) [Voir aussi Note n° 13]:

Pierre-Yves Rochat dirigera les opérations de DeltaLink jusqu'au 15 mai 2006. Ces 15 mois et demi lui suffiront pour s'attribuer induement une somme loin d'être négligeable au détriment de DeltaLink. Le 28 mars 2008, le Tribunal d'Arrondissement de Lausanne à condamné Pierre-Yves Rochat à payer plus de CHF 11'000.– à DeltaLink en réparation du dommage commis. Pierre-Yves Rochat a été débouté par ce même Tribunal dans sa demande de dommages et intérêts de CHF 8'000.– contre DeltaLink, qu'il prétendait l'avoir empêché de réaliser correctement son travail!
Le jugement est publié sur le site de l'Association DeltaLink.


Famine au Sahel

Lors de mon dernier passage au Burkina Faso, j'ai pu constater que les pluies ont été nettement insuffisantes, surtout dans le nord du pays. Les récoltes sont faibles à inexistantes selon les régions et la population va au-devant de très graves difficultés, d'ici au début de l'année prochaine. Ici, la presse et les médias en ont encore peu parlé, mais la situation allant s'aggraver dès le début de l'année prochaine, il y aura peut-être une information plus complète.

En 2001, lors de la précédente disette, certains d'entre vous qui me lisaient déjà ont participé à l'opération "Mil pour le Sahel" que j'avais organisée. Trois villages du nord du Burkina (Mouni, Arbinda et Gorguél) avaient reçu en tout près de 7 tonnes de céréales. Je pense que cette année il faudra malheureusement recommencer. Dans quelque temps, je me permettrai de faire appel à votre générosité pour mettre sur pied une distribution de mil ou d'autres produits alimentaires dans ces villages. À ma demande, mon ami Djibril, ancien membre de la Croix-Rouge Burkinabè, a déjà fait un devis où l'on voit que pour environ CHF 500.- on peut acheter, livrer et distribuer une tonne de céréales...

Note ajoutée en mars 2009: Cette opération a bien eu lieu, suivie d'autres... hélas!

---
Voilà. Vous me pardonnerez j'espère de ne pas avoir été drôle cette fois, mais il y a des circonstances...

Avec mes chaleureuses salutations et cette dernière photo de crépuscule sur Ouahigouya (Burkina Faso), le 3 novembre 2004 à 18h35. Merci de votre attention et à bientôt!

Gilbert Cujean
Tél. direct: +41 76 / 588 64 24
--
*> Association D e l t a L i n k
*> Informatique de seconde main pour un développement durable

Votre commentaire:

N'hésitez pas à me donner votre avis, il ne sera adressé qu'à moi et je ne le publierai pas. Je me réjouis de vous lire!    gc
P.S.- Signez votre message, svp.

Votre adresse de courriel:
(facultative, pour une réponse éventuelle...)

    

© 2008-2015 by Gilbert Cujean — www.venoge.ch

Haut de page