N O T E S   D E   V O Y A G E S

Burkina Faso, 2000 — 28 à 30

... par
Gilbert Cujean

( )

Première note

Note précédente

Index

Note suivante

Archives des e-mails, repris de «PDF» heureusement sauvegardés...

Note concernant mes photos de l'année 2000.


De : gilbert.cujean@wanadoo.fr
Objet : Burkina 2000 - Message 28
Date : 22 avril 2000 08:14:44 GMT+02:00
À : gc@deltalink.org

*** Ouahigouya, vendredi 21 avril 2000, 23 h 30

Mes chers correspondants,
Voilà près de deux jours sans nouvelles: mais que ce passe-t-il?
La fin de ma "récupération" (avant de récupérer des ordinateurs, je commence par moi!), un peu de blues, vu ce qui se passe dans ma famille à 3000 km, et certainement le fait que je vis sérieusement moins intensément depuis quelques jours. Se battre contre la chaleur n'est décidément pas possible.
Quand la météo annonce 42°C, les mesures sont faites sous abri et ne tiennent pas compte de la réverbération de la route, du soleil toujours plus ou moins présent (en fait plutôt plus que moins!), ni de la radiation de ces foutus toits de tôle que l'on trouve partout! Il faut compter 3 à 5 degrés de plus pour s'approcher de la réalité... Le seul avantage de l'inconvénient c'est qu'on n'est plus continuellement suant et dégoulinant: on s'évapore!
Mais quand on se relève d'une chaise, le fond du pantalon est trempe et je ne suis pas énurésique [orthographe?] (pas encore du moins!).

[Je viens de m'apercevoir que dans mon dernier message je n'ai pas indiqué que ma visite en brousse c'était à Mouni! Les lecteurs attentifs et/ou fidèles auront rectifiés d'eux-mêmes.]

Alors voilà, je reprends la chronologie à jeudi matin:
D'abord, une visite de courtoisie à Bernard Lédéa Ouédraogo, maire de Ouahigouya (ad intérim, en attendant les élections municipales qui ont été repoussées à plus tard...) et président fondateur de la Fédération Nationale des Groupements Naam (FNGN, coopératives agricoles). Si vous n'avez jamais entendu parler de lui, vous ne lisez pas mes messages depuis longtemps ou vous n'avez vraiment rien à voir avec le Burkina Faso! Il me reçoit régulièrement comme "son sauveur" depuis que j'ai rétabli la connexion Internet de la FNGN. Je lui apporte cette fois un courrier (avec une cassette) de la part de Frank Musy, journaliste et animateur à la Radio Suisse Romande. Ce dernier et cette dernière (qui s'appelle la Première!) ont fortement contribué au développement de "La Voix du Paysan", radio locale de la FNGN, par l'apport de matériel récupéré aux studios de Lausanne.
Une brève visite ensuite à la station de "La Voix du Paysan", pour la suite de ma mission de facteur. On émet ici sur FM de 5 h 30 à 23 h, tous les jours, avec de petits moyens. Mais la radio est un peu comme chez nous dans les années 50: on voit beaucoup de monde le transistor à l'oreille et nombre de boutiques et bistrots sont sonorisés. Le seul problème, c'est qu'on maximise plus le volume sonore que la qualité...

Le reste de la journée se passe tranquillement entre ECLA et le Colibri. Je ne me sens pas encore bien à 100%.
Chez ECLA, je perds pas mal de temps à essayer en vain d'imprimer sur l'unique imprimante de la maison (pour PC, bien sûr, mais j'ai un adaptateur spécial qui semble lui aussi avoir été victime de la chaleur). Eux perdent leur temps à rechercher, également en vain, le mot de passe de leur boîte aux lettre Internet. Ce mot de passe est mémorisé dans leur ordinateur, mais s'affiche comme ****** pour des raison de sécurité. On peut donc lire la boîte aux lettre sans vraiment connaître ce mot de passe, introduit il y a plus d'un an par un informaticien introuvable. La meilleure, c'est qu'on a besoin de ce mot de passe pour le changer, car on se méfie que "beaucoup trop de monde le connaisse" (sauf le vrai propriétaire, bien entendu!).
A part ça, je me suis économisé au maximum, passant de long moment à somnoler ou à deviser calmement avec celui-ci ou celui-là. Tout le monde est sympa chez ECLA, et il y a une quantité de femme et de jeunes filles toutes plus belles les unes que les autres... alors tu t'assois à l'ombre sur la terrasse et tu regardes passer! ;-)

---
Aujourd'hui, vendredi, j'ai de nouveau plus de venin.
On commence tôt (7 h 15) pour éviter la grosse chaleur. Petit cours d'organisation de secrétariat pour deux secrétaires et un responsable informatique. Gestion du courrier électronique: une secrétaire DOIT LIRE le courrier (même confidentiel) de son patron; elle DOIT VEILLER à ce qu'une réponse demandée soit envoyée dans les 24 heures au maximum; si aucune réponse sur le fond ne peut être apportée dans ce délai, elle DOIT ACCUSER RECEPTION du message, indiquer la cause et le délai prévu du retard, et signer DE SON NOM; etc. Il faut aussi organiser le classement dans différents dossiers, sous-dossiers, etc. Toutes ces choses ne vont pas de soi ici. On a même fait un test en grandeur nature, en s'envoyant des e-mails. Impeccable!
Si la récupération d'ordinateur ne marche pas, j'ouvre une école de secrétariat!

Reprise à 16 heures pour l'organisation des boîtes aux lettres... sans plus de succès qu'hier: celui qui devrait savoir ne sait pas; on a perdu la trace du courrier confidentiel du fournisseur d'accès où figurait le mot de passe; à l'Onatel, on ne répond pas ou alors n'importe quoi; bref, à 18 heures on n'est pas plus avancés! Sauf que j'ai pris quelques photos du siège d'ECLA et tiré le portrait de Godo, le responsable informatique (Godo, sans "t", ça veut dire "vendredi" en morré. Mais avec le succès de la bibliothèque de Mouni, sûr qu'on verra bientôt des Godot... ou des Becket!).
[N.B.-Le iBook sur le bureau du président, c'est le mien!]

ECLA, Ouahigouya ECLA, Ouahigouya
ECLA, Ouahigouya ECLA, Ouahigouya 

A 19 h 15, on buvait une bière avec Abdoulaye dans la cour du Colibri.
A 200 mètres à l'église chrétienne (je dis pas "dans l'église" parce que c'est dehors!), se déroule une messe mi-chantée, mi-hurlée mais complètement sonorisée. A 100 mètres, mais de l'autre côté, les muezzins sont aussi à la fête, mais eux c'est tous les jours, pas que le Vendredi-Saint [Pâques le Vendredi-Saint?] avec force mégaphone. Le "melting-pot" sonore est déjà gratiné, mais ce n'est pas tout. Dans la cour du Colibri, il y a la télé à un joli volume et... un tas de monde se pointe: des hommes, des femmes, des enfants, ils finissent par être une bonne quarantaine à 19 h 30, l'heure de MARI MAR, le feuilleton brésilien le plus débile qu'on puisse imaginer, mauvais scénario, mauvaise mise en scène, pas de décors, dialogues à hurler, bref: Top Modèle ou Château-Machin puissance moins dix!
Mais quel succès! A Ouaga, si tu veux éviter les encombrements, déplace-toi à 19 h 30! Et Abdoulaye qui me dit "tu penses à tout ceux qui sont à la messe et qui SAVENT qu'il est 19 h 30!"... les magnétoscopes étant rarisimes, je vois en tous cas que beaucoup de chrétiens ont une foi profonde: ce soir c'est leur chemin de croix!
[Pour les Suisses romands: je vois assez bien d'ailleurs un dessin de Burki ou Chappate avec Jésus portant une antenne de TV en forme de croix et tirant une charette avec un poste branché sur Mari Mar, pour les spectateurs du cortège!]

Ce soir c'était le rétablissement total: avec Abdoulaye on a été manger au Dounia (restaurant libanais) après un Pastis au Caïman (ceux qui connaissent apprécieront!). Un demi-poulet, des frites, une énorme salade verte avec tomates, une mangue, une crêpe au sucre de la patronne, une grande bière... formidable, et le tout pour deux personnes: 6'000 F CFA (moins de CHF 15.-).

Et les dernières nouvelles de Françoise sont meilleures: ses parents sont tous les deux en maison de repos médicalisée. Elle respire un peu.
Il se fait vraiment tard, je vous laisse.
Ciao,
amicalement,
Gilbert Cujean
--
... en séjour au Burkina Faso [:-3)=
<cujean@fasonet.bf> ou <delta.system@bluewin.ch>
Delta-System Sàrl, PO Box 77, CH-1312 Eclépens, Switzerland


De : gilbert.cujean@wanadoo.fr
Objet : Burkina 2000 - Message 29
Date : 22 avril 2000 19:02:59 GMT+02:00
À : gc@deltalink.org

*** Ouahigouya, samedi 22 avril 2000, 17 h 30

Hello,
Je n'ai rien de spécial à vous dire depuis hier soir, mais comme j'ai un petit moment je vous envoie (enfin!) la photo de mon ami Moussa Bologo, président de ECLA, ainsi que des deux secrétaires "informatisées".

ECLA, Ouahigouya  ECLA, Ouahigouya

En plus, je vous pourrez voir dans l'en-tête de votre message les 38 adresses auxquelles est parvenue la série de message [non reproduites ici]. Comme ça si vous ne savez pas quoi faire, vous pouvez vous écrire des trucs! ;-)
Je vous souhaite à tous un bon dimanche de Pâques.

Demain, moi je "bouge" comme on dit ici: départ du car à 6 h 45. Lundi matin vers 9 h (heure suisse), si tout va bien, je devrais atterrir à Genève. Entre deux, je ne sais pas si j'aurais le loisir et les conditions techniques pour vous envoyer un nouveau message. Pendant 24 heures je suis un demi-SDF (ce qui paradoxalement est mieux qu'un SDF complet!).

Dans tous les cas, je vous informerai de mon arrivée... et une fois les photos de Mouni développées, je vous en enverrai quelques unes.
A bientôt donc, je vous apporte un peu de chaleur, préparez le pastis!
Amicalement,
Gilbert Cujean
--
... en séjour au Burkina Faso [:-3)=
<cujean@fasonet.bf> ou <delta.system@bluewin.ch>
Delta-System Sàrl, PO Box 77, CH-1312 Eclépens, Switzerland


De : delta.system@bluewin.ch
Objet : Burkina 2000 - Message 30
Date : 25 avril 2000 12:59:46 GMT+02:00
À : delta.system@freesurf.ch

*** Eclépens, lundi 24 avril 2000, 20 h 30

Bien chers amis correspondants,
Je suis de retour et en bonne santé!
La journée de samedi à Ouahigouya s'est passée sans grande aventure.
Le matin on a définitivement abandonné l'idée d'obtenir le mot de passe des boîtes aux lettres électroniques d'ECLA et de RECORD (ECLA Ouaga).
Prochainement, ils feront résilier leurs abonnements et en concluront un nouveau qu'ils géreront comme il se doit. La leçon est quand même bonne!

L'après-midi j'ai préparé mes bagages. C'est toujours la même question: pourquoi les choses sont-elles si lourdes et volumineuses? Ai-je vraiment pris autant de choses avec moi?... Sans parler des 2 kg (ou plus!) d'arachides de la femme d'Abdoulaye pour Françoise et de la trentaine de lettres à poster en Suisse, provenant des divers amis de mes amis...

Le soir, Issouf Ouédraogo (vulgarisateur agricole à la FNGN) me rejoint au Colibri où je suis déjà avec Abdoulaye. On part manger tous les trois. Intéressante discussion sur tout et sur rien, de l'agriculture à l'école burkinabè...
Plus tard, on fait un saut au Dancing de l'Amitié. Quelques adolescents dansent sur la piste. La salle est vide. Il n'est que 22 h 30, mais il fait trop chaud pour une "grande" soirée... et ce n'est pas la fin du mois! On boit un dernier verre au Caïman et puis... dodo, demain il faut se lever tôt!

---

*** Eclépens, mardi 25 avril 2000, 9 h 30
[Hier soir, je m'endormais sur mon ordinateur, alors voilà... maintenant j'ai récupéré, je continue mon récit.]

Dimanche matin, le premier car pour Ouagadougou est à 6 h 45. J'assiste au chargement des bagages. Motos et moutons vont sur le toit... Oh! Hisse!

STMB, Ouahigouya  STMB, Ouahigouya  STMB, Ouahigouya

Le temps est couvert. A un moment, le pare-brise recevra même quelques gouttes de pluie (!). Même pas de quoi le mouiller complètement. Trente secondes après, tout s'est évaporé...
La route défile, monotone. On arrive à Ouaga à 9 h 30 environ. Mireille arrive en voiture, on charge mes bagages et on se retrouve chez les Ganamé. Là, je procède à une nouvelle répartition de mes affaires: je n'emporte que ma grosse valise et mon bagage de cabine; je laisse à Ouaga un attaché-case métallique avec du petit matériel pour la prochaine fois. Il s'agit de préparer la jaquette "polaire" et la veste pour la fin du voyage! Comme je suis également délesté du matériel informatique laissé à Afrika Link ou à ECLA (imprimante à jet d'encre, lecteur de CD-ROM, disque dur externe, appareils de mesure, outils divers, etc.), j'ai la possibilité d'emporter un colis de tissus et d'habits pour Karim et Mireille. Après une année scolaire au Burkina, leur retour en Suisse s'approche et les kilos de fret sont chers!

A 15 h 30, Mireille me mène à l'aéroport pour la consignation des bagages.
Je lui demande de faire un petit détour pour photographier la pancarte du "Chalet Suisse": je voulais absolument vous envoyer ce dernier clin d'oeil de Ouagadougou! [Voir les photos: d'abord une vue d'ensemble, puis plus près, pour bien lire (la qualité de la photo n'est pas terrible, mais si vous imaginez celle du fromage, par 40 degrés...)].

Chalet Suisse, Ouagadougou Chalet Suisse, Ouagadougou

Il est un peu plus de 16 h 30, je n'ai plus que mon bagage de cabine avec mon ordinateur et mes habits chauds, je vais m'asseoir à une table, au bord de la route qui longe l'aéroport. La bière passe bien et j'attends mon ami Bologo. On a rendez-vous à 17 heures...
Un litre et demi de bière plus tard, il est 18 h 15. Entre-temps, j'ai fait cirer mes godasse; j'ai marchandé longuement et finalement acheté à mon prix quelques (jolies) bricoles à deux Touaregs superbes dans leurs habits du désert; j'ai éconduit je ne sais combien d'enfants vendeurs d'oeufs (!): mais comment pouvaient-ils penser que j'achèterais des oeufs, avec ma couleur de peau, à 50 m de l'aéroport, et avec une valise à côté de moi? Je me suis aussi fâché et j'ai chassé un adolescent vendeur de pacotilles qui m'insultait parce que je ne voulais pas lui acheter ses vélos en fils de fer ou ses bracelets hors de prix...

Mais toujours pas de Moussa Bologo!
Je me lève et me dirige vers l'aéroport pour chercher un téléphone... quand je croise Abdoul Lingani (le responsable de l'atelier informatique d'ECLA). Bologo l'a appelé et l'a envoyé à 17 heures me dire qu'il aurait du retard. Seulement, pour Abdoul, l'aéroport c'est l'aéroport, c'est pas au bistrot en face! Et ça fait une heure et demie qu'il me cherche alors que j'étais à 50 mètres et que je n'ai pas bougé... C'est aussi ça l'Afrique!

J'ai tout de même été appeler Salam Kaboré chez qui on doit se rendre, pour l'avertir du retard. Pas de problème, c'est dimanche! Et voilà Moussa qui arrive. il est 19 h 15! Il est parti en retard de Ouahigouya et en plus a le moteur de sa bâchée qui chauffe anormalement.
Mais on part tout de même chez Salam. Il fait nuit, la circulation est toujours aussi dangereuse, avec beaucoup de véhicules sans phare (vélos, mobylettes, etc.), borgnes, ou alors avec des phares super-éblouissants, ce qui n'arrange rien! On croise 3 lieux d'accident avec des mobylettes couchées au milieu de la route. A un endroit, c'est assez sérieux, avec 3 ou 4 véhicules impliqués et des personnes couchées. Chaque fois il y a un attroupement, ce qui, avec la nuit, augmente le risque de nouveaux accidents...

Abdoul Salam Kaboré et Moussa Bologo se connaissaient de réputation et avaient eu une fois une brève discussion informelle. C'est à la demande de Salam que j'ai organisé ce petit rendez-vous et je suis assez fier de les présenter l'un à l'autre. Ils n'ont pas (forcément) les mêmes idées, mais les deux ont contribué et/ou contribuent encore au développement de leur pays. ECLA distribue déjà des médicaments génériques par une pharmacie de Ouahigouya et veut faire de même à Ouaga; la Pharmacie du Progrès de Salam diffuse déjà des génériques. A eux de développer une relation de concurrence et/ou de collaboration pour l'avenir...
Michelle, la femme de Salam est sur le point d'accoucher. Par cette chaleur, quel courage! Malgré les difficultés, son sourire fait plaisir à voir.

Retour à l'aéroport vers 20 h 30, dernières poignées de main et... ciao le Burkina! A bientôt!
22 h 15. La moitié des passagers (dont moi) sont déjà dans l'avion quand le personnel ferme les portes: on va déplacer l'avion, car il manque 40 mètres de tuyau pour faire le plein! Ça ne s'invente pas! Alors, "fasten your seat belt", mise en route des moteurs et départ pour un petit tour de piste. Je pense à Grocq, le vieux clown, qui déplaçait le piano!

Le voyage est direct sur Bruxelles. No Comment. On se pose vers 6 h du matin. Il fait 6°C. A 7 h 30 nouveau départ vers Genève. Il y a aussi du retard et ce n'est qu'à 9 heures que je peux enfin prendre ma femme dans mes bras!
---
Mon séjour est terminé. Merci d'en avoir partagé une petite partie en suivant mes messages. Je vous tiendrai au courant de la suite et vous enverrai quelques photos du Village de Mouni quand elles seront développées.
En attendant, je vous souhaite à tous bonne continuation, bonne santé et je vous adresse mes très amicales salutations.

Gilbert Cujean
--
... de retour du Burkina Faso [:-3)=
<cujean@fasonet.bf> ou <delta.system@bluewin.ch>
Delta-System Sàrl, PO Box 77, CH-1312 Eclépens, Switzerland

P.S.- Comme d'habitude, j'aimerai bien recevoir un tout petit mot de chacun d'entre vous qui a bien reçu la série de messages. Pour ne pas encombrer les boîtes aux lettres, je supprimerai les adresses de ceux qui ne répondront pas, supposant qu'ils ne sont pas intéressés... ce que je peux parfaitement comprendre. gc

Votre commentaire:

N'hésitez pas à me donner votre avis, il ne sera adressé qu'à moi et je ne le publierai pas. Je me réjouis de vous lire!    gc
P.S.- Signez votre message, svp.

Votre adresse de courriel:
(facultative, pour une réponse éventuelle...)

    

© 2008-2015 by Gilbert Cujean — www.venoge.ch

Haut de page